mardi

"Celle qui s'habillait de sombre" prend sa semaine


La petite SDID va faire une pause le temps d'une semaine à partir de demain. Ne vous inquiètez pas, ce n'est que pour vous revenir les bras chargés de cadeaux dès mercredi prochain.

Bonne fin de mois d'août à toutes et tous...
La plus Grindhouse possible. :)


(Illustration de Carlos Lerma)


Review Démo BioShock - X-Box 360


Je le certifie, ceci n'est pas un site exclusivement consacré à la gloire d'Irrational Games. Trois posts en deux jours, chapeau. En attendant, il est diffcile de faire l'impasse sur cette bombe pour cause de snobisme mal placé. Tout le monde en parle... mais pour de bonnes raisons.
Alex Kid
, testeur de l'extrême, a bouclé son rapport :



"Avant même sa sortie Bioshock était le jeu piège à fan. Un soft avec des idées plus qu'intéressantes, des vidéos alléchantes, des previews enflammées, une horde de joueurs impatients, etc... etc... Etant un possesseur de ce four à micro-ondes qu'est la 360, j'ai donc récupéré la démo du dit soft sur cette bécane. Autant le dire tout de suite, la démo de Bioshock est vraiment renversante. Techniquement c'est carré, c'est fluide, et elle exploite le matériel 5.1 à merveille. Esthétiquement, c'est une claque de tous les instants qui prouve encore qu'on peut faire du neuf avec du vieux. Dans un univers très proche de La Cité des Enfants Perdus, Blade Runner, Metropolis et bien entendu Jules Verne, vous petit joueur, allez enfin découvrir la notion de gameplay Next-Gen. Car Bioshock possède outre son univers immersif une jouabilité nouvelle et rafraîchissante. A vous les joies du "trucidage" d'ennemis de la façon la plus originale ou tout simplement la plus logique qui soit. Ce FPS se permet de dépoussiérer les conventions établies en s'appuyant sur un univers rétro, un script béton, un bestiaire et un armement originaux. Scénario alléchant, freaks en tout genre tout droit sortis d'un hôpital psychiatrique, BO soignée et envoûtante, bruitages terribles...
Bref, Bioshock, avec cette démo, semble prétendre déjà au rang de grand jeu, de hit interplanétaire, de jeu pompeusement dit culte. Dès les premières secondes il nous transporte dans un univers décalé et glauque. Un pure création dans l'esprit steampunk avec des relents de musique 50's, de level-design malin (ici l'élément liquide est le vecteur de la mise en scène), de script pas con, d'IA logique. En attendant le jeu complet on peut déjà tabler sur la réussite artistique du projet. Comme de quoi, on n’a pas forcément besoin d'une télécommande pour noyer le poisson et changer la jouabilité d'un jeu. Il suffit tout simplement de réfléchir un tant soit peu à un univers cohérent et d'insuffler un brin d'émotion pour accéder à la consécration. À l’époque du jeu / jouet consacré Bioshock est sûrement le pain béni que nous attendions tous...."



Resident Evil 4 vu par Mega64



"Straaanger..."

(No Comment
)